Une journée du CEO de Fetch : Jean-Charles Kurdali

20-12-2016  - 
2 360 vue(s)

Une journée du CEO de Fetch : Jean-Charles Kurdali

Suite à un sondage réalisé il y a quelques semaines vous demandant quels types d’articles vous aimeriez pouvoir lire sur le blog de Fetch, une réponse inattendue a attiré mon attention :  » à part miser son salaire à la bourse que fait le CEO de Fetch ? « 

Je ne mise pas mon salaire à la bourse mais je comprends bien où voulait en venir ce client ! 🙂

Que fait un dirigeant de startup de ses journées ?

Que fait un CEO de startup de ses journées ? Ma mère, par exemple, est la première personne à ne pas forcément comprendre le rôle que je peux avoir au quotidien sur Fetch. Maintenant que nous avons recruté des Citys Managers et des dispatcheurs.

J’ai donc pris des notes d’une journée que j’ai pu faire il y a quelques semaines. Journée qui correspondait bien à ce que je peux vivre au quotidien avec Fetch.

Avant de démarrer, il faut comprendre qu’il est très dur de définir une journée type dans mon rôle pour 2 raisons :

– En tant que CEO, il y a une multitude de missions et tâches différentes à gérer.

– Le rôle évolue en même temps que l’entreprise. La base de ce que je fais aujourd’hui n’a rien à voir avec ce que je faisais il y a 2 mois, et encore moins avec mon quotidien de l’année dernière. 

ceo fetch public nancy livraison

C’est parti ! Suivez moi le temps d’une journée sur Fetch !

– Réveil à 6h. Ma copine se lève tôt pour aller travailler. J’en profite donc pour me lever tôt également. Afin de pouvoir commencer ma journée par un peu de lecture d’articles business que j’avais mis de côté, ou lire un livre pendant 45 minutes.

– Petit dèj light à 6h45. Petit dèj suivi d’une petite séance de méditation de 10 minutes (j’ai démarré il y a peu et cela boost mon énergie la journée ensuite). J’utilise l’application calm.

Le travail commence !

7h20. J’ouvre mon ordinateur. Je profite du fait qu’il soit tôt, et donc que je ne recevrai pas d’appels téléphoniques pour avancer sur une ou deux tâches importantes. Nécessitant ainsi de la concentration comme écriture, dossier, marketing, rapport, réponses à des questions des employés etc…

Généralement je travaille pendant 1h chez moi avant de partir au bureau.

8h30. Je pars au bureau en bus, le côté pratique des transports en commun c’est que je peux en profiter pour lire ou passer des appels importants. Parfois j’écoute aussi des podcasts business en français ou en anglais.

8h50 : Arrivée au bureau. Je me dépêche, j’ai des « checkup » avec les City Managers. Ce sont 2 petites réunions par semaine de 15 minutes entre un manager et moi dans lesquelles nous échangeons pour analyser les problèmes rencontrés, trouver des solutions, améliorer nos process internes, voir si tout va bien pour eux etc…

9h30-12h : C’est ma plage horaire la plus productive de la journée. Je regarde ma liste de tâches à faire et je sélectionne les plus importantes afin de les faire le matin. C’est le moment ou je suis le plus en forme de la journée, donc autant utiliser ce temps pour faire le plus compliqué/important.

Types de tâches que je peux avoir à gérer le matin : mails urgents, négociation pour une affaire importante pour Fetch, mise en place de campagnes marketing, analyse de données, démarchage de restaurants, entretiens, interviews clients …

On attaque la deuxième moitié de la journée !

12h-14h : J’ai la chance de parfois pouvoir me faire inviter à manger chez des restaurants souhaitant être partenaire de Fetch. Cependant, la grande majorité du temps je mange au bureau en vitesse. J’en profite pour regarder les temps forts de match de tennis ou de NBA de la veille; afin de garder un œil sur mes autres passions (pas simple quand on est entrepreneur passionné).

Après le repas qui va prendre entre 20 minutes et 1h selon les jours. J’enchaîne souvent par de la lecture. Le but est de chercher des pratiques à tester sur Fetch. Cela peut aussi bien toucher le marketing, le management ou le domaine commercial. Bref, je m’éduque pour progresser et continuer ma formation d’autodidacte, afin d’être performant pour faire avancer Fetch dans la bonne direction.

14h-17h : L’aprèm c’est « talking time ! » Je suis souvent moins fringuant que le matin et moins capable de me concentrer à faire des tâches longues/compliquées sur le PC.

J’en profite donc pour caser tous mes rdv les après midis ainsi que la plupart des appels téléphoniques. (J’ai aussi remarqué que les gens répondent plus souvent l’après midi, donc c’est un gain de temps pour moi)

17h-17h15 : je check et réponds à mes mails pour la deuxième et dernière fois de la journée (sauf mail très urgent !)

17h15-18h30 : Dernière tranche horaire de la journée avant de lever le pied après une dizaine d’heures de travail. Si nécessaire je termine des tâches que je n’ai pas pu finir le matin ou en début d’après midi qui sont urgentes. Si je sens que mon cerveau ne suit pas du tout; je préfère proposer à un ami de prendre un café ou de rencontrer une personne intéressante afin d’échanger sur Fetch, ou d’autres sujets liés aux startups ou au business en général.

ceo fetch work nancy

Enfin je rentre un peu chez moi !

Je rentre donc chez moi en général entre 18h et 19h pour souffler un peu car les journées sont longues. Je me suis rendu compte que l’entrepreneuriat, c’est un vrai marathon et qu’il vaut mieux parfois couper 1 ou 2h plus tôt et être plus productif le lendemain. Pas la peine de forcer pour faire le mec qui travaille 80h ou plus par semaine.

Avant de recruter nos super héros masqués, avec mes cofondateurs nous gérions nous même le dispatch de vos commandes midi et soir. C’était très usant, aussi bien physiquement que mentalement puisque nos journées finissaient à 22h et sans pause le midi.

Pour finir une petite liste de missions que je gère au quotidien :

– Déplacement sur Metz pour faire le point sur le terrain avec le City Manager.

– Recherche de fonds pour développer Fetch.

– Recrutement des employés (très très important).

– Création des process internes.

– Prise de décisions quotidienne de tout type, allant du choix d’un prestataire pour le plus simple, à une décision concernant une ville à attaquer ou non,

– Gestion de la communication externe et interne de Fetch…

Je vais me limiter sinon la liste va être trop longue !

Pour conclure

J’espère que cela vous permettra de comprendre un peu mieux les coulisses de Fetch. Mais également ce que peut bien faire un CEO ou un cofondateur lors d’une journée « type ».

Retrouvez moi sur mon blog et n’oubliez pas de commander Fetch 😛

Un peu de pub pour Fetch pour terminer ! Pour commander, que vous soyez sur Nancy, Metz, Reims ou Dijon c’est par là : https://fetch-livraison.com/

Merci à tous de contribuer à ce que devient Fetch et à bientôt ! (Petite photo finish de la première livraison de Fetch)

Jean-Charles Kurdali

CEO de Fetch

ceo fetch vélo jc